Bienvenue sur la page publique de l’Extranet du réseau. Les accès ci-dessous sont réservés aux membres du réseau.


Plantes invasives. La Fredon Bretagne fait le point

jeudi 11 juin 2015

Pas évidente à identifier, l’ambroisie libère par son pollen un allergène des plus handicapants. La Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles (Fredon) de Bretagne faisait le bilan de ses actions mercredi, à Océanopolis (article vu dans letélégramme.fr 11 juin 2015)

"Pas évidente à identifier, l’ambroisie libère par son pollen un allergène des plus handicapants. La Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles (Fredon) de Bretagne faisait le bilan de ses actions mercredi, à Océanopolis. Dans son collimateur, les plantes invasives qui menacent la biodiversité et véhiculent un certain nombre de désagréments pour l’homme et ses cultures. On connaît, dans le secteur, la progression de la renouée du Japon ou de l’herbe de la pampa, prêtes à coloniser le moindre espace végétal à l’abandon. On est moins familier de l’ambroisie, dont une espèce, en particulier, libère des allergènes en plein milieu de l’été. La plante originaire d’Amérique du Nord a été observée pour la première fois en France en 1863. Elle s’est largement répandue dans le Sud de la France et a développé quelques foyers en Bretagne, dont un site clairement identifié le long de la voie express, à Quéven, dans le Morbihan. « Notre mission consiste à détecter ses lieux de pousse et à tout mettre en oeuvre pour les éradiquer », résume une technicienne de la structure créée en 1985. Chenilles et frelons asiatiques Même surveillance du développement de berce du Caucase déjà observée dans la région de Saint-Brieuc. Pas de trace encore en Bretagne de la datura stramoine, mais les techniciens de la Fredon restent vigilants. Et même si les animaux sont sous la surveillance des structures départementales, la Fredon Bretagne garde un oeil sur les chenilles urticantes (descendues en nombre cette année) et sur le fameux frelon asiatique qui ne cesse de se développer en Bretagne. La plus grande méfiance étant de rigueur à proximité des nids (heureusement le plus souvent en hauteur) et, particulièrement, en présence de la reine. De multiples piqûres simultanées peuvent, en effet, entraîner le décès de la personne attaquée. Surtout ne pas tenter de traiter ce genre de nid tout seul, sans l’expertise d’un spécialiste qui aura le matériel pour intervenir. Imprimer Télécharger Envoyer

© Le Télégramme"

http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/plantes-invasives-la-fredon-bretagne-fait-le-point-11-06-2015-10661989.php