Bienvenue sur la page publique de l’Extranet du réseau. Les accès ci-dessous sont réservés aux membres du réseau.


Les Levavasseur, pépiniéristes témoignent avec la FREDON Basse Normandie

mercredi 30 septembre 2015

Les frères Levavasseur, pépiniéristes de père en fils depuis 200 ans à Ussy dans le Calvados, cultivent des haies et montrent leurs intérêts environnemental (article vu dans Ouest-France Entreprises du 29 septembre)

Une histoire de famille qui dure depuis deux siècles. Aujourd’hui, grâce à Internet, Guillaume et Étienne Levavasseur livrent partout en France.

Elles ont été mal entretenues et même arrachées pour permettre des labours plus faciles. Mais les haies retrouvent aujourd’hui un regain d’intérêt. « La Politique agricole commune (Pac) conditionne le versement des aides à la présence de surfaces d’intérêt écologique », expliquent Etienne et Guillaume Levavasseur, pépiniéristes à Ussy (Calvados), le berceau de l’horticulture française.
Ça tombe bien, les deux frères militent pour la haie bocagère. « Avec des arbres de hauts jets comme, par exemple, les hêtres, sous lesquels peuvent pousser des troènes ou des charmilles. » Des essences adaptées à la région. Mêmes les particuliers abandonnent la haie mono-espèce, le fameux « mur » de thuyas... au profit d’une haie naturelle. Plus esthétique.

Les collectivités locales comme à Vassy (Calvados) ont aussi replanté pour fournir du bois à la chaudière. La haie est parée de beaucoup de vertus : elle protège du vent, de l’érosion, favorise la biodiversité.

« Il n’existe quasiment plus de raticides agréés. Une buse qui pourra se poser au sommet d’une haie, débarrassera un champ de ses campagnols aussi bien qu’un produit phytosanitaire... » explique David Philippart, directeur de la FREDON, la Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles de Basse-Normandie. « Une mésange consomme 50 000 chenilles par an ! » renchérit Étienne Levavasseur. Sans parler des coccinelles qui débarrassent les récoltes des pucerons et autres ravageurs.

À Ussy depuis 200 ans

La haie, « cette autoroute à hérissons », qui pourra être « gourmande » (noisetiers, pruniers, groseilliers etc.), fleurie, voire ornementale, constitue désormais 10 à 15 % du chiffre d’affaires de la pépinière Lavavasseur. Sur leur site Internet, les deux frères proposent un configurateur de haies, assez unique. « On livre partout en France. Une pierre supplémentaire à l’édifice familial », sourit Étienne. Car les « Levavasseur » sont pépiniéristes, à Ussy, depuis 200 ans !

Aujourd’hui, l’exploitation qui emploie dix-huit salariés, consacre 40 ha des 160 ha de la propriété à la culture des massifs, de jeunes plants (plus de 4 millions), des plantes en pots, des arbustes et arbres « clés en main » (plus de 100 000). À l’abri des haies centenaires, des carrés de sureaux, d’églantiers, de caryopteris sont cultivés après un blé ou maïs. « Ça permet d’utiliser moins d’azote chimique. » En pépinière, les frères pratiquent le binage mécanique. Ils visent le zéro phyto.

Pas de quoi atteindre les rendements
La pépinière propose un catalogue de 600 à 700 variétés de plantes. Beaucoup sont vendues aux paysagistes. Des arbres et plantes qu’on retrouve en passant devant « la déviation de Loucelles, le siège du Crédit agricole de Normandie ou la thalasso de Cabourg ».

Samedi 10 et 11 octobre, de 9 h 30 à 12 h et de 14 h à 17 h 30, portes ouvertes aux pépinières Levavasseur à Ussy (Calvados). Présence également, mercredi 30 septembre, à Normandie Végét’halle, pôle hippique de Saint-Lô (réservé aux professionnels).

La Fredon y intervient sur les techniques alternatives aux produits phytosanitaires.

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/calvados-levavasseur-pepinieristes-pere-fils-depuis-200-ans-29-09-2015-229796