Bienvenue sur la page publique de l’Extranet du réseau. Les accès ci-dessous sont réservés aux membres du réseau.


La FDGDON 87 accentue la lutte contre les campagnols

dimanche 10 janvier 2016

La Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles (FDGDON) de la Haute-Vienne (*) a récemment tenu son assemblée générale à Limoges. Il y fut notamment question du campagnol, fléau de nombre d’agriculteurs.
(Article vu dans "lepopulaire.fr" du 17/12/2015)

Le campagnol est un petit rongeur très gourmand. L’utilisation de la bromadiolone pour l’éradiquer fait débat.

La Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles (FDGDON) de la Haute-Vienne (*) a récemment tenu son assemblée générale à Limoges. Il y fut notamment question du campagnol, fléau de nombre d’agriculteurs.

Le campagnol est un petit rongeur, accusé de tous les maux par certains agriculteurs, car se nourrissant de racines, graines, pousses, etc. En Haute-Vienne, il est essentiellement présent pour l’instant dans le sud-est du département (cantons de Châteauneuf-la-Forêt, Saint-Germain-les-Belles, Saint-Léonard-de-Noblat).

Le sujet est sensible et a le don d’hérisser le poil de certains naturalistes, qui mettent en cause l’utilisation de la bromadiolone, raticide accusé d’importants dommages collatéraux sur la faune, « alors que des alternatives plus douces existent » (Le Populaire du Centre avait consacré une page à ce sujet le 13 mai 2013).

Or, un arrêté interministériel de 2014 étend l’utilisation d’appâts à base de bromadiolone à deux autres espèces en plus du campagnol terrestre, le campagnol des champs et le campagnol provençal (ce dernier est absent du Limousin).

La FREDON (fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles) a présenté son plan de lutte le 29 juin, lequel a été validé par le préfet.

Denis Tauron, président de la FDGFON et de la FREDON, rappelle que « notre région reste raisonnable dans l’utilisation de la bromadiolone. De plus, l’Etat impose désormais aux agriculteurs de combiner produits chimiques et alternatives douces, telles le piégeage. Mais il faut bien comprendre que poser des pièges sur une centaines d’hectares, par exemple, est très coûteux et chronophage pour l’exploitant agricole, même si la technique a fait ses preuves ».

Denis Tauron assure que l’Etat met en place des contrôles afin de s’assurer du respect de la réglementation . Mais nul doute qu’on entendra encore parler du sujet...

Les autres points de l’AG

Plan Ecophyto. - Initié par l’Etat en 2008, il avait pour objectif de réduire de 50 % l’utilisation des produits phytosanitaires (les pesticides) d’ici 2018. Un échec cuisant : la consommation de pesticides a augmenté en France de 5 % en moyenne entre 2009 et 2013, et de 9,2 % entre 2012 et 2013 selon différentes sources. L’Etat, plutôt que de prendre les mesures adéquates (mais qui heurteraient les puissants lobbys agricole et industriel) a pondu un plan... Ecophyto II ! Promis-juré, on diminuera l’utilisation de ces produits chimiques de 25 % d’ici 2020 et de 50 % en 2025.
La FDGDON 87 a pris acte, mais Denis Tauron note que des progrès ne pourront se faire qu’avec « de profondes mutations des systèmes de production ».

Chouca des tours. - Appelée aussi corneille des clochers ou corbeau chouca, cet oiseau est accusé d’importantes dégradations sur des bâtiments publics dans une quinzaine de communes, lesquelles souhaiteraient une régulation de cette espèce... protégée. La FDGDON 87 travaille sur ce dossier avec l’administration et pourrait mettre en place des tests de prélèvements (tirs au fusil).

Rongeur aquatique. - La FDGDON 87 a noué de nouveaux partenariats, notamment avec le service des eaux de la Ville de Limoges, afin d’assurer la régulation de ragondins sur la retenue de Beaune-les-Mines, ou encore avec le Syndicat mixte Vienne-Gorre.

Taupes. - Autre programme important de la Fédération, qui poursuit ses actions de formation auprès notamment des agriculteurs. La méthode privilégiée est celle de la fumigation (gazage chimique).

Espèces exotiques envahissantes. - La FDGDON 87 a mené une première campagne d’arrachage de myriophille du Brésil sur la commune de Saint-Cyr, en septembre 2015. Elle reste évidemment mobilisée sur ce sujet des plantes dites envahissantes, accusées de détruire les écosystèmes locaux. Ainsi a-t-elle organisé en juillet dernier une demi-journée de formation sur l’ambroisie à destination des conseillers de la Chambre d’agriculture et des techniciens de coopératives. Cette même ambroisie avait auparavant été le sujet d’une conférence à Magnac-Laval. Elle fut d’ailleurs l’objet de longs débat lors de l’assemblée générale.

Grande région. - Enfin, la Fédération départementale se félicite de son maintien dans la grande région, puisque seules les Fédérations régionales devraient fusionner pour ne plus former qu’une seule entité. « Nous avons besoin d’acteurs de terrain de proximité pour poursuivre nos actions », précise Denis Tauron.

(*) Agréée par le ministère de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire, elle est reconnue Organisme à Vocation Sanitaire (OVS). C’est la structure opérationnelle chargée d’intervenir avec l’État dans la surveillance, la prévention et la lutte contre les organismes nuisibles aux végétaux au titre du Code rural.

Laurent Bonilla
http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/departement/haute-vienne/2015/12/17/la-fdgdon-87-accentue-la-lutte-contre-les-campagnols_11710310.html