Bienvenue sur la page publique de l’Extranet du réseau. Les accès ci-dessous sont réservés aux membres du réseau.


Colloque "Espèces invasives : l’onde de choc »

mercredi 19 octobre 2016

Le Comité parlementaire de suivi du risque ambroisie organise un colloque le 8 décembre 2016 à l’assemblée nationale : "Espèces invasives : l’onde de choc. "santé, environnement, économie, quelles réponses ?"

Pour s’incrire cliquer sur : http://www.parlementaires-ambroisie.fr/

Ce comité est un trait d’union entre les attentes des citoyens perçues en circonscription et les moyens déployés par les autorités sanitaires et environnementales.

Historique du comité

Le « Comité Parlementaire de suivi du risque Ambroisie » a été initié en avril 2011. Il est présidé par Alain Moyne – Bressand (www.moynebressand.fr), député-maire de Crémieu (Isère). Ce comité est un trait d’union entre les attentes des citoyens perçues en circonscription et les moyens déployés par les autorités sanitaires et environnementales.

Depuis mars 2014, le Comité Parlementaire a étendu son action à 4 autres espèces invasives : Datura, Orobanche, Renouée du Japon et Berce du Caucase.

Le Comité parlementaire travaille pour faire connaître et avancer la lutte contre ces espèces. Celles-ci ont en commun de perturber la biodiversité du milieu dans lequel elles évoluent et d’être la cause de nombreux préjudices en raison de leur forte capacité de reproduction. Le pollen de l’Ambroisie est fortement allergène, les graines de Datura sont hautement toxiques, l’Orobanche est un fléau pour l’agriculture, la Renouée du Japon colonise les bords de route et les berges des cours d’eau et la Berce du Caucase provoque, au simple contact avec la sève, une sensibilisation de la peau aux rayons du soleil ce qui peut être à l’origine de sévères brûlures. En se focalisant sur ces plantes invasives, le Comité Parlementaire cherche à insuffler une forte prise de conscience et à (re)dynamiser les acteurs qui luttent sur le terrain.

Objectifs du comité

sensibiliser le grand public et les décideurs aux espèces envahissantes
valoriser les bonnes pratiques de lutte
se faire l’écho des actions menées sur le terrain