Bienvenue sur la page publique de l’Extranet du réseau. Les accès ci-dessous sont réservés aux membres du réseau.


Un frelon européen découvert en Martinique !

lundi 15 mai 2017

Aperçu au Prêcheur en février dernier, ce frelon a entraîné le déclenchement d’une procédure d’alerte. Cela constitue le premier signalement de cette espèce dans l’arc antillais (article vu dans franceantilles.fr du 12 mai 2017).

En février 2017, un frelon européen a été aperçu en Martinique. Cette découverte semble anodine mais pas pour les spécialistes, qui craignent toujours la possibilité d’une invasion.

UN APICULTEUR A L’ORIGINE DE L’ALERTE

L’insecte a été retrouvé mort début février 2017 à proximité de son rucher. La Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles (Fredon), l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) et le Muséum d’histoire naturelle se sont immédiatement mobilisés.

La Fredon détaille : « Le frelon européen (Vespa crabro) est une grosse guêpe qui vit en colonie. C’est un prédateur qui se nourrit principalement d’insectes mais aussi d’aliments sucrés tels que du nectar, de l’exsudat de sève ou des fruits. Capable de piqûres très douloureuses, ce n’est pas une espèce agressive sauf si on s’approche trop près d’un nid.

Introduit en Amérique du Nord dès 1840, il a progressivement étendu sa répartition jusqu’au Mexique et des essaims ont été découverts au Guatemala en 2010. La découverte d’un individu au Prêcheur en février 2017 constitue le premier signalement de cette espèce dans l’arc antillais. À ce jour, aucun nid de frelons n’a été découvert en Martinique et on ne connaît pas l’impact que pourrait avoir cette espèce sur la biodiversité et l’apiculture martiniquaise si elle s’établissait dans l’île. »

TRANSPORT ACCIDENTEL

Le frelon européen ne doit pas être confondu avec les espèces de grandes guêpes naturellement présentes en Martinique telles que les guêpes bleues (Pepsis spp.) et la guêpe rouge (Polistes dominicus).
Il ne doit pas non plus être confondu avec le frelon asiatique (ou à pattes jaunes - Vespa velutina)

Ce frelon a certainement été accidentellement transporté depuis l’Europe. En effet, les femelles sexuées (futures reines potentielles) passent l’hiver à l’abri des intempéries dans des cavités, des tas de bois, sous des souches, des pots de fleurs... Ce sont elles qui sont généralement transportées accidentellement.

Cet individu indésirable est-il seul en Martinique ? L’avenir le dira.

Voir l’article : http://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/environnement/un-frelon-europeen-decouvert-en-martinique-414571.php