Bienvenue sur la page publique de l’Extranet du réseau. Les accès ci-dessous sont réservés aux membres du réseau.


Les frelons asiatiques sous surveillance dans le Puy-de-Dôme

mercredi 31 mai 2017

Le frelon asiatique progresse dans le secteur de Montluçon ; Un dispositif de surveillance avant destruction est créé avec un réseau de « référents », sorte de lanceurs d’alerte qui compte 153 agents municipaux et apiculteurs (article vu dans La Montagne du 30/05/2017).

Les frelons asiatiques sous surveillance dans le Puy-de-Dôme Comment venir à bout d’un essaim de frelons asiatiques par injection de gaz de dioxyde de soufre… La démonstration a été faite en avril, à Montluçon.

Pour lutter contre les frelons asiatiques, « mass killers » qui ravagent les ruches de France et d’Auvergne, un dispositif de surveillance vient d’être mis en place dans le Puy-de-Dôme.
Plus question de laisser les frelons asiatiques ravager nos ruches en toute impunité ! Pour lutter avec efficience contre la prolifération de ces « mass killers » qui boulotteraient chaque année jusqu’à 30 % de nos abeilles (*), l’État, les professionnels et les collectivités territoriales déclenchent l’état d’alerte. Les éradiquer ? Impossible… Les surveiller pour contrôler leur expansion ? Réaliste…

Un arrêté du ministère de l’Agriculture en 2012 les avait désignés ennemis publics n° 1 des apiculteurs. L’Europe a décrété leur malfaisance meurtrière quatre ans plus tard. C’est le moins qu’elle pouvait faire : plus d’un milliard de frelons asiatiques ont été recensés en Europe depuis ce jour de 1995 où une reine asiatique est arrivée dans le Lot-et-Garonne, nichée dans une poterie chinoise… Débusqué pour la première fois en Auvergne, dans le Cantal en 2007, le « vespa velutina » (frelon à pattes jaunes) ne s’est réellement livré à sa frénésie génocidaire qu’à partir de 2011 dans l’Allier.

Le frelon asiatique progresse dans le secteur de Montluçon

Un groupement d’apiculteurs a tenté de s’organiser comme partout en France mais cette variante d’un comité de défense n’a en rien réfréné la prolifération et l’appétit de ces terribles hyménoptères. Il paraîtrait que l’arme la plus efficace serait… les gallinacés, poulets, poules et coqs, que certains spécialistes disent particulièrement friands de frelons !

En attendant de mettre à contribution les basses-cours, il a été mis en place pour la première fois en Auvergne un dispositif de surveillance avant destruction. Il se limite pour l’instant au seul Puy-de-Dôme à l’initiative des organismes administratifs, professionnels, syndicaux et sanitaires concernés, dont la FREDON, alias la Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles.

Des lanceurs d’alerte

En février dernier, un appel avait été lancé auprès des apiculteurs et des collectivités locales pour constituer un réseau de « référents », sorte de lanceurs d’alerte avertis par la population de l’existence d’essaims suspects en liaison avec la Fredon.

153 agents municipaux et apiculteurs ont répondu à cette mobilisation bénévole. Au cours des dernières semaines, 89 d’entre eux ont été formés à la détection et à la lutte contre les frelons asiatiques lors de sessions animées par la Fredon avec le soutien des communes de Lempdes, Pont-du-Château, Aubière) et du Groupement de Défense Sanitaire Apicole (GDSA).

Comment tuer les frelons asiatiques ?

La prochaine étape de ce vaste plan anti-frelons consistera dans la collecte et la synthétisation des informations recueillies par les « référents » afin d’établir une cartographie précise de leur essaimage sur le département. La communication sera amplifiée en direction des communes et du grand public. De surcroît, il sera édicté une « charte des bonnes pratiques » à l’usage des apiculteurs pour assurer « la normalisation et la sécurisation » de leurs interventions à base de gaz de dioxyde de soufre. Dès 2018, le dispositif de surveillance sera étendu à l’ensemble des départements d’Auvergne.

(*) Un pourcentage contesté par certains techniciens qui incriminent l’usage des pesticides agricoles.

Voir l’article : http://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/environnement/puy-de-dome/2017/05/30/un-dispositif-de-veille-de-ces-tueurs-dabeilles-est-mis-en-place-dans-le-departement_12422484.html