Bienvenue sur la page publique de l’Extranet du réseau. Les accès ci-dessous sont réservés aux membres du réseau.


Sale temps pour les platanes d’Aix en Provence

vendredi 7 juillet 2017

Suite à la découverte de foyers de chancre coloré, un fléau qui détruit tous les ans plus de mille platanes en PACA, et l’abattage d’arbres considérés comme dangereux en ville et en périphérie, une étude indique l’existence de foyers de chancre coloré. Conclusion : plus de 30 nouveaux arbres à couper, dont 23 rien que sur le cours Mirabeau (article vu dans La Provence du 30/06/2017 )

Après l’abattage d’arbres considérés comme dangereux en ville et en périphérie, une étude indique l’existence de foyers de chancre coloré. Conclusion : plus de 30 nouveaux arbres à couper, dont 23 rien que sur le cours Mirabeau

Une fois n’est pas coutume, la municipalité pourra dire, cette fois-ci, qu’elle n’y est pour rien. Après la récente salve d’abattage de platanes dans le centre ancien (cours, boulevards, chantier des trois places près du palais de justice) mais aussi en périphérie, notamment à Puyricard, salve initiée par la Ville pour une "mise en sécurité", c’est une nouvelle série de coupes qui est prévue dans les deux mois qui viennent... demandée, cette fois-ci, par les services de l’État.

Un courrier est arrivé à la mi-juin sur le bureau du maire Maryse Joissains, signé de "l’Inspecteur en chef de la santé publique vétérinaire, chef du service régional de l’alimentation (...)". Une cellule dépendant de la préfecture de la région Paca. La missive est explicite. Elle y indique que l’organisme à vocation sanitaire Fredon (Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles) a fait dernièrement surveiller l’état sanitaire des platanes de la commune ; et le résultat n’est pas très rassurant.

Périmètre de 70 mètres

Cherchant des cas de la maladie du chancre coloré, existence de foyers de chancre coloré, un fléau qui détruit tous les ans plus de mille platanes en Provence-Alpes-Côte-d’Azur (voir ci-contre),en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, les spécialistes ont détecté cinq foyers d’infection à Aix. Deux sur le cours Mirabeau (en haut, et en bas), sur l’avenue Victor Hugo, Boulevard Carnot, ou encore sur la place Miollis.

Problème : l’arrêté ministériel relatif à la lutte contre Ceratocytis platani, le petit nom du chancre coloré, prescrit non seulement l’abattage de l’arbre malade, mais aussi tous les autres platanes présents dans un rayon de 35 mètres autour : en cause, les risques de contamination par la racine. Ce qui fait gonfler l’addition de façon exponentielle. "33 platanes sont concernés, dont 23 platanes sur le cours Mirabeau", annonce le service communication de la mairie. Sur l’axe symbolique du coeur d’Aix, il est notamment prévu de couper une série d’arbres entre la Rotonde et la rue Doumer.

Une mise à mort qui, de façon ironique, devrait toucher des sujets plantés récemment, et supposés sains... puisque compris dans le fameux périmètre des 70 mètres. La voûte verte du plus célèbre cours aixois va encore se déplumer davantage. Un bout du patrimoine végétal, déjà malmené ces derniers mois, encore tronçonné.

Arrivé pendant la Seconde guerre ?

Le chancre coloré est une maladie incurable qui touche les platanes et provoque leur mort. Le champignon responsable de la maladie (Ceratocystis platani) est un organisme nuisible réglementé dont l’introduction et la dissémination sont interdites en application de la réglementation européenne. "Cette maladie des platanes serait arrivée en France initialement aux abords de Marseille durant la Seconde guerre mondiale à partir de caisses en bois infestées contenant du matériel militaire.

Depuis elle a progressé dans différentes régions du Sud de la France, touchant les régions Provence-Alpes-Côte d’azur, Languedoc Roussillon, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées ou encore l’Aquitaine" rappelle le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. La maladie détruirait tous les ans plus de 1000 platanes en région Paca.

Julien Danielides

Voir l’article : http://www.estrepublicain.fr/edition-de-nancy-agglomeration/2017/06/30/une-libellule-en-ligne-de-mire