Bienvenue sur la page publique de l’Extranet du réseau. Les accès ci-dessous sont réservés aux membres du réseau.


La chasse aux pyrales au jardin Henri Vinay

lundi 28 août 2017

Parmi les sites municipaux, le jardin Henri-Vinay a été placé en observation en collaboration avec la FREDON Auvergne (Article vu dans leveil.fr du 22/08/2017).

Suite à l’appel conjoint de l’association Jardins Fruités et du CPIE du Velay, une quarantaine de personnes ont déjà signalé la présence de la chenille sur leur buis. Le jardin n’est pas épargné.
« L’ensemble du département est touché excepté le Brivadois qui ne s’est pas manifesté ! De gros dégâts sont déjà constatés suite aux premiers vols. Les premières chrysalides ont été observées. Actuellement les papillons commencent à revenir. »
ROBERT JONGET (Président de Jardins fruités)

Au Puy-en-Velay, les services municipaux ont pris la mesure du danger, au premier rang desquels le service municipal des Espaces verts, depuis quatre ans.
Parmi les sites municipaux, le jardin Henri-Vinay a été placé en observation en collaboration avec la FREDON Auvergne. Objectif : surveiller l’arrivée éventuelle de la présence de la pyrale du buis au Puy, jusque-là épargné.Illustration

Des pièges à phéromones ont donc été installés au jardin Henri-Vinay pour attraper les papillons. Ils permettent de savoir quand les papillons reviennent et de tuer les mâles, empêchant ainsi la fécondation des papillons femelles. Deux cycles sont en effet possibles durant l’été.

« Aucune attaque n’avait été constatée jusqu’à, il y a quatre semaines, en juillet. Des chenilles ont été trouvées sur certains buis dans le parc, notamment aux abords du bassin des cygnes. »
OLIVIER CHASSON (Référent FREDON Auvergne pour la ville du Puy )

Quelques haies complètent la collection de buis.Ces buis ont une valeur patrimoniale indéniable ; ils ont au moins 60 ans, car de mémoire de jardinier, ils ont toujours été là. Les plantes ont été traitées.
Depuis les pyrales ont disparu, mais le service des espaces verts reste sur le qui-vive : les pièges sont contrôlés tous les jours et aucune chenille n’a plus été observée dans les buis du jardin, même si quelques papillons ont été piégés.
« Une grande chance pour notre département, il n’existe pas de buis dans la nature - ou très peu ; il n’y a donc pas de réservoir potentiel de pyrales hors jardin.
Le jardinier peut donc intervenir efficacement. On peut espérer de ce fait, non pas éradiquer le papillon, mais le maintenir dans des limites raisonnables tout en protégeant ses buis », conclut Robert Jonget.
« Oui mais, prévient Olivier Chasson, il faut que les particuliers traitent leurs buis dès qu’ils constatent l’apparition de la chenille, sinon elles reviendront si elles ont élu domicile dans un jardin avoisinant ! ».
Et les chances de réussite seront d’autant plus grandes que les jardiniers agiront vite.

Nathalie Courtial

voir l’article : http://www.leveil.fr/puy-en-velay/faits-divers/2017/08/22/la-chasse-aux-pyrales-au-jardin-henri-vinay_12523150.html