Bienvenue sur la page publique de l’Extranet du réseau. Les accès ci-dessous sont réservés aux membres du réseau.


Invasion de la Pyrale du buis en Normandie : le Jardin des plantes de Rouen fermé deux jours

lundi 28 août 2017

Le Jardin des plantes de Rouen (Seine-Maritime) ferme ses portes du mardi 22 au mercredi 23 août 2017. La Normandie est confrontée pour la première fois à un papillon ravageur (Article vu dans actu.fr publié le 22 Août 2017)

La Pyrale du buis envahit pour la première fois les espaces verts de Rouen (Seine-Maritime). Le Jardin des plantes ferme ses portes du 22 au 23 août 2017.

C’est une petite chenille qui cause d’importants dégâts. La progression de la Pyrale du buis passe par la Normandie. L’insecte s’est largement installé au Jardin des plantes de Rouen (Seine-Maritime). Pour tenter d’endiguer sa progression, le parc doit fermer ses portes pendant deux jours, du mardi 22 au mercredi 23 août 2017. Un traitement biologique sera pratiqué durant ces deux journées, indiquent les services de la Ville.
Un patrimoine menacé

La Pyrale du buis est un papillon venu d’Asie.

C’est « une espèce qui n’a pas de prédateur », souligne auprès de Normandie-actu, Emmanuel Duplaix, directeur-adjoint du Jardin des plantes.
Cette chenille nous pose un vrai problème, puisque nos jardins à la française possèdent de nombreux buis, c’est une de ses caractéristiques principales. Elle porte atteinte à notre patrimoine.
« Les dégâts sont causés par les larves qui peuvent défolier plus ou moins sévèrement les buis et attaquer l’écorce fraîche de ceux-ci. Des défoliations répétées peuvent aboutir à la mort des sujets », précisent les services de la Ville dans un communiqué.

La Normandie épargnée jusqu’alors

La Pyrale, apparue en France en 2008, comme le précise le magazine Rustica, s’étend de plus en plus dans le pays. « Dans le sud de la France, les buis sont totalement détruits », constate Emmanuel Duplaix. L’Île-de-France est elle aussi concernée. La prolifération s’étend visiblement à l’ouest.

C’est la première fois que les services d’espaces verts rouennais sont concernés par le phénomène puisque jusqu’alors, la Normandie était l’une des rares régions françaises encore épargnées. La Pyrale a été détectée à Rouen pour la première fois en juillet 2017. À Rouen, mais pas seulement.

Cette chenille a également été observée dans l’Eure pour la première fois, au printemps 2017. « Nous avons remarqué la Pyrale dans le quartier de la gare de Caen », affirme la Fredon Basse-Normandie, organisme à vocation sanitaire dans le domaine du végétal.
« Nous ne sommes pas surpris d’observer la Pyrale. Nous nous demandions juste quand elle allait arriver jusqu’ici… », résume Emmanuel Duplaix.

Bloquer la mâchoire de la Pyrale

Le traitement utilisé pour éradiquer la chenille se fait à l’aide d’une bactérie, qui porte le nom de Bacillus Thuringiensis, et qui vit dans le sol. « Nous privilégions la lutte biologique pour ne pas infester les autres animaux, comme les oiseaux », précise la Ville. Seulement, le produit s’attaque aussi aux autres espèces de papillons.
En parallèle, un piégeage par capsule sera installé afin de capturer les papillons adultes, limitant ainsi leur reproduction. « Le piège consiste à imiter les phéromones de la femelle pour piéger le mâle », décrit Emmanuel Duplaix.
« Dans le Jardin des plantes, le traitement va être déposé sur le buis. Lorsque la chenille va l’ingérer, cela va bloquer sa mâchoire et elle mourra ainsi », résume Emmanuel Duplaix.

Une tentative d’endiguement qui ne parviendra certainement pas à bout de cette invasion… « Je ne suis pas sûr que ce soit suffisant. À terme, nous pourrions être amenés à remplacer les buis par d’autres végétaux », conclut Emmanuel Duplaix.

voir l’article : https://actu.fr/normandie/rouen_76540/invasion-pyrale-buis-normandie-jardin-plantes-rouen-ferme-pendant-deux-jours-explications_11594991.html