Bienvenue sur la page publique de l’Extranet du réseau. Les accès ci-dessous sont réservés aux membres du réseau.


Ambroisie : la lutte est lancée, les propriétaires tenus de détruire les plants

mercredi 22 août 2018

L’ambroisie, dont le pollen est très allergisant (rhinite, conjonctivite, asthme, eczéma), présente un problème majeur de santé publique. La lutte contre sa prolifération est lancée en Côte-d’Or (Article vu dans Bien Public du 09 08 2018, vu 10837 fois).

L’ambroisie fait partie des plantes envahissantes. Son pollen, libéré de début août à fin septembre, est responsable d’allergies respiratoires.

Dans notre édition du 23 juillet, nous vous présentions ces plantes toxiques aux effets désastreux qui sont souvent méconnues. A cette occasion, nous évoquions notamment l’ambroisie, une plante dont l’importante présence en Côte-d’Or, et plus globalement en France, constitue un véritable problème pris très au sérieux par les autorités.

Désormais, la lutte est officiellement lancée. Le 18 juillet, la préfecture de Côte-d’Or a en effet pris un arrêté afin de juguler la prolifération de l’ambroisie et de réduire l’exposition de la population au pollen.

Obligation de détruire les plants pour les propriétaires

Les propriétaires, mais aussi les locataires, ayants droit et occupants, sont donc dans l’obligation de prévenir la pousse d’ambroisie, de nettoyer et d’entretenir tous les espaces où elle est susceptible de pousser ; et de détruire les plants d’ambroisie déjà développés.

Un problème majeur de santé publique

« L’ambroisie à feuilles d’armoise est une plante exotique envahissante, originaire d’Amérique du Nord », indique Marine Haas, responsable du pôle environnement à la Fédération régionale de lutte et de défense contre les organismes nuisibles (Fredon) de Bourgogne. « Depuis son apparition en France au XIXe siècle, elle colonise les espaces agricoles, les bords de voies de communication, les chantiers de construction, les berges de cours d’eau, les terres à l’abandon. Elle présente un problème majeur de santé publique, son pollen étant très allergisant (rhinite, conjonctivite, asthme, eczéma). De plus, elle compromet le développement de l’agriculture durable, en colonisant les cultures, provoquant notamment une baisse de rendement. »

Comment la reconnaître
« L’ambroisie a une tige velue, devenant rougeâtre pour les plants âgés, mesurant entre 10 cm et 2 mètres. Ses feuilles sont profondément découpées, vertes sur les deux faces, sans odeur quand on les froisse (contrairement à l’armoise commune). Les fleurs, regroupées en épis, sont présentes en août et septembre. »

Une action collective pour lutter contre sa prolifération

L’Agence régionale de santé de Bourgogne-Franche-Comté a désigné les Fredon pour piloter une action collective. Ses principaux axes sont : « identifier un réseau d’acteurs, animer le réseau de référents territoriaux, partager l’information notamment via des formations, relayer l’information sur une plateforme de signalement, coordonner le tout avec les chambres d’agriculture (qui s’occupent du volet agricole) et le CBN (Conservatoire botanique national ; qui s’occupe de récolter les informations de présence pour les cartes qui seront éditées chaque année) », précise la Fredon de Bourgogne. « La lutte est inscrite dans le cadre du troisième plan régional santé environnement. C’est un problème de santé publique, donc des plans de lutte bien définis sont constitués, et la lutte est rendue obligatoire par des arrêtés préfectoraux. »

Une plateforme de signalement
Face à l’ambroisie, « la prévention est le mot d’ordre », explique la Fredon de Bourgogne. « L’éradication n’est possible que sur les populations récentes, c’est-à-dire avec un faible stock de semences dans les sols. D’où la nécessité d’un repérage rapide des nouvelles populations afin d’éradiquer directement le foyer. Une plateforme de signalement existe : www.signalement-ambroisie.fr. Les informations sont vérifiées par des référents, puis les actions nécessaires sont mises en place par les ayants droit. »

Des moyens de lutte curative
Par ailleurs, « des moyens de lutte curative existent : désherbage mécanique et chimique, fauchage, arrachage. Il faut agir avant la libération du pollen, afin d’éviter les allergies mais aussi la fécondation des fleurs femelles et donc la création de graines pour empêcher la prolifération ».

La Fredon à la recherche de référents
L’arrêté préfectoral encourage les communes et intercommunalités à désigner des référents ambroisie.

Info Les personnes intéressées pour devenir référent peuvent prendre contact avec Marine Haas, responsable du pôle environnement à la Fredon de Bourgogne, au 03.80.25.95.43 ou à m-haas@fredon-bourgogne.com.

Lire l’article : https://www.bienpublic.com/lifestyle/2018/08/09/ambroisie-la-lutte-est-lancee-les-proprietaires-tenus-de-detruire-les-plants