Bienvenue sur la page publique de l’Extranet du réseau. Les accès ci-dessous sont réservés aux membres du réseau.


La FREDON Franche Comté compte parmis les pionniers du GIEE.

jeudi 3 avril 2014

La FREDON Franche Comté a apporté ce 2 avril 2014 son témoignage parmi les invités "Des pionniers aux GIEE" à l’occasion d’une conférence "produisons autrement" organisée par M. le Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, témoignage qu’un projet GIEE peut emporter des considérations sanitaires.

Fabrice CUENOT Président de la FREDON Franche Comté a présenté au Palais d’Iéna, le projet "Autonomie fourragère des exploitations, biodiversité et plan de lutte raisonnée contre le campagnol dans le Haut-Doubs" mis en place dans sa région avec différents partenaires.

Sur trois secteurs représentatifs du massif du Jura, explique t-il , ce projet est porté par des agriculteurs déjà engagés dans une lutte raisonnée contre le campagnol. Il a pour ambition de promouvoir collectivement des techniques agro-écologiques permettant de renforcer l’autonomie fourragère des exploitations. La biodiversité floristique et faunistique des prairies et des territoires en bénéficiera également a t-il ajouté.

La production fromagère de qualité AOC Comté, Morbier et Mont-d’Or, constitue l’une des activités économiques clés du Haut Doubs. Ces productions s’appuient sur une valorisation des prairies. Cependant, l’évolution des pratiques d’élevage a conduit à une spécialisation des parcelles en prairies fauchées ou en prairies pâturées. La suppression des haies ou des bosquets liée à l’agrandissement des parcelles a entrainé une simplification du paysage.

Depuis plusieurs décennies, ces pratiques ont favorisé des pullulations cycliques de campagnol terrestre, avec des pertes économiques et environnementales conséquentes.

Les agriculteurs impliqués souhaitent aller au-delà du plan actuel de lutte raisonnée contre le campagnol mis en œuvre avec la Fédération départementale de défense contre les organismes nuisibles (FDGDON) du Doubs. Les outils agro-écologiques sont connus et nécessitent une appropriation individuelle via une démarche collective pour leur déploiement : plantations de haies, alternance fauche pâture, introduction de cultures…

Leur mise en œuvre collective vise donc une amélioration de la rentabilité de la production herbagère (qualité, quantité) et des services éco-systémiques des prairies. Ces nouvelles pratiques vont recréer des complexes d’habitats favorables à la biodiversité fonctionnelle et permettant d’atténuer les pullulations de campagnols. A terme, les résultats obtenus seront diffusés aux agriculteurs des territoires étudiés et aux agriculteurs du massif du Jura confrontés à la même problématique.

Le projet croise donc trois enjeux, conclue t-il : un enjeu de limitation de l’utilisation de
molécules chimiques pour lutter contre le campagnol, un enjeu de sécurisation en terme d’autonomie fourragère sur les exploitations et un enjeu de préservation de la biodiversité sur les parcelles et les territoires environnants (prairies, haies, lisières forestières, faune et flore associées).

Pour voir les autres réalisations des autres pionniers cliquez sur le lien.